• Article 121

     

           Article 121       

     

     

    Lobsang Rampa

      

    Résultat de recherche d'images pour "LES UNIVERS SECRETS RAMPA pdf"

     

    Extraits de ce livre :

     

    Presque tout le monde voyage dans l'astral, mais malheureusement, du fait de l'enseignement Occidental, la plupart des gens oublient ce qu'ils ont appris et ce qu'ils ont fait au moment où ils réintègrent leurs corps, et si un astral est "rembobiné" subitement, cela provoque des cauchemars et une dissipation complète de tout souvenir de l'expérience réelle. La plupart des gens ont eu l'expérience d'une violente secousse au moment de s'endormir, la plupart des gens ont eu une expérience d'élévation et de chute, et la sensation de tomber d'un arbre ou du haut d'une falaise. C'était frôler le souvenir d'un voyage astral, mais encore une fois, souvenez-vous que le voyage astral est quelque chose que presque tout le monde peut faire consciemment si on garde en mémoire les conditions mentionnées précédemment dans ce chapitre.

     

     

    Supposons que vous jugiez que vous être quelqu'un qui peut voyager consciemment, alors, voici comment vous y prendre : Faites une expérience précise. Convenez avec un ami très proche que vous viendrez, avec sa permission, lui rendre visite cette nuit-là. Demandez à cet ami de mettre quelque chose, peut-être un certain message écrit sur une table, afin que vous puissiez lire le message qui vous est destiné et le lui répéter le lendemain pour vérifier vos progrès. Mettez-vous au lit à une heure raisonnable, c'est-à-dire d'assez bonne heure. Vous ne devez pas prendre un repas lourd avant d'aller dormir, et bien sûr vous ne devez pas trop boire sans quoi votre repos sera inévitablement troublé et, si vous êtes obligé de vous lever pendant la nuit, vous risquez d'oublier vos expériences de voyage astral. Installé dans votre lit, assurez-vous d'être parfaitement à l'aise, de n'avoir ni trop chaud ni trop froid, et il vaut mieux que vous soyez seul et que votre porte soit fermée, car si vous couchez avec quelqu'un, vous vous exposez à une certaine agitation durant la nuit et vous serez ramené brutalement de votre voyage astral, ce qui vous fera oublier tout ce que vous avez vécu.

     

    Article 26

     

    Décidez de l'endroit où vous allez vous rendre. Si c'est chez votre ami, vous connaissez le chemin. Vous pouvez aussi choisir un autre pays. Mais supposons que vous alliez dans telle maison, chez telle personne, représentez-vous alors cette maison, représentez-vous le chemin que vous prendriez si vous y alliez à pied ou en voiture. Affirmez solennellement avant de permettre à votre corps de s'endormir que votre astral se rendra à cette maison et qu'au matin à votre réveil vous aurez le souvenir complet de tout ce qui se sera passé ; vous devez affirmer que c'est ce qui va se produire et que vous vous en souviendrez. Répétez trois fois cette affirmation, puis laissez-vous aller au sommeil tout en réfléchissant à tout cela. Si vous avez réussi, voici ce qui va se passer : vous allez sentir votre corps s'alourdir, vous allez sentir vos yeux se fatiguer, et vous allez vous endormir de façon tout à fait ordinaire, normale. Mais à l'instant de tomber endormi, votre expérience sera semblable à celle de sortir d'une pièce sombre et de passer dans la clarté éblouissante de "l'extérieur". Au moment de ce passage, votre corps physique aura un léger soubresaut et si ce soubresaut ne vous ramène pas dans le corps physique, votre conscience va s'étendre et devenir plus claire et vous allez éprouver un sentiment de parfaite allégresse, de joie et de liberté sans pareilles.

     

     

    Ce sera comme si vous étiez pétillant et bouillonnant de vitalité. Au bout d'un moment, vous vous demanderez ce qui vous arrive, vous regarderez autour de vous et vous vous apercevrez que vous êtes relié à votre corps physique par un cordon brillant, palpitant, d'un blanc-bleuté, comme un enfant est relié à sa mère par le cordon ombilical. Avec horreur et dégoût vous regarderez la masse d'argile qu'est votre corps physique reposant là, peut-être en un tas crispé de membres emmêlés. Vous serez horrifié à l'idée que vous allez devoir réintégrer cette prison de chair. Mais le moment n'en est pas encore venu. Vous regardez autour de vous, contemplez les choses d'un point de vue inconnu. Vous pouvez vous élever et examiner de près le plafond et les murs, mais en vous promenant ainsi dans la pièce vous trouvez qu'il est bien ennuyeux d'être confiné dans un si petit espace, et vous songez au moyen de sortir de la pièce — eh bien, aussitôt pensé, aussitôt fait. Vous vous trouvez projeté au-delà de la toiture, sans même vous être rendu compte de la façon dont vous avez peut-être traversé d'autres chambres sur votre passage, maintenant à l'air libre, flottant au-dessus des toits, au bout de votre cordon blanc-bleuté. Pendant un moment, vous flottez en vous élevant doucement comme porté par d'invisibles courants. Vous regardez peut-être en bas et reconnaissez votre demeure et les maisons de vos amis ; vous observez peut-être une voiture tardive filant sur l'autoroute.

     

     

    Vous voyez votre ville ou votre district comme si vous étiez en ballon, mais vous vous rendez compte que ceci n'est qu'une perte de temps, que vous faites ceci dans un autre but, qu'il n'y a rien à gagner en ne faisant qu'observer une ville endormie. Vous pensez aux plans que vous avez faits, vous pensez aux endroits qu'il vous plairait de visiter — est-ce que ce sera la Bulgarie, Buenos Aires, Londres, Berlin ? N'importe où ! Peut-être vous contenterez-vous de simplement aller chez un ami lire un message soigneusement préparé que vous pourrez lui répéter afin d'obtenir sa confirmation le lendemain. Vous vous mettez immédiatement à penser là où aller, et vous pensez comment vous y rendre. Peut-être que de Dublin en Irlande vous décidez que vous aimeriez visiter New York. Alors que vous y pensez, votre cordon astral s'allonge et s'allonge, et vous vous élevez bien plus haut que les astronautes, ou même les cosmonautes, ont pu le faire. À mesure que vous vous élevez, vous voyez la Terre tourner lentement au-dessous de vous, vous voyez l'océan qui de cette hauteur a l'air d'un tranquille étang de village, et puis vous apparaît votre destination : New York. Il est quatre heures plus tôt qu'à Dublin et donc les gens ne sont pas encore en train de dormir, les lumières de la ville sont allumées et vous procurent une excellente balise. 

     

     

    Vous "braquez votre regard" sur la Ville de New York et vous descendez droit sur elle presque à la vitesse de la pensée. Au fur et à mesure que vous approchez et que la ville devient de plus en plus large, vous êtes à même de choisir l'endroit de votre destination. Peut-être est-ce Manhattan, peut-être aurez-vous envie de voir la foule qui sort des cinémas et des théâtres de Broadway, peut-être cela vous amusera-t-il de faire le tour de Radio City ou de flotter au-dessus des docks pour voir les paquebots amarrés. Aussitôt pensé, aussitôt fait. Dans de nombreux grands édifices vous verrez briller des lumières, beaucoup d'entre eux étant des bureaux. Rien ne vous empêche de jeter un coup d'oeil sur les femmes de ménage en train de nettoyer les bureaux ou sur quelque "administrateur" au travail également. Mais plusieurs de ces lumières sont celles d'appartements privés. Une mise en garde ici — Gardez-vous d'y entrer, ne vous immiscez pas dans l'intimité de ces appartements, car vous n'aimeriez pas que quelqu'un vous espionne et se moque peut-être un peu malicieusement de vous, n'est-ce pas ? Eh bien, respectez la vie privée de ces gens et vous pourrez poursuivre vos voyages astraux sans entrave. 

     

    Article 44

     

    Pendant toute la durée de votre voyage conservez dans votre conscience la pensée que vous allez vous souvenir, vous allez vous souvenir, vous allez vous souvenir. Ne perdez jamais de vue cette pensée, maintenez-la quelque part pour que vous trotte tout le temps dans la tête l'idée qu'il le faut et que vous vous souviendrez. Avec de la pratique vous n'aurez aucune difficulté à vous rappeler. Lorsque vous réintégrerez votre corps, vous croirez d'abord que vous avez rêvé, mais si vous prenez la précaution de visiter le même endroit la nuit suivante, vous constaterez qu'il ne s'agissait pas d'un rêve, mais bien de la réalité. Ainsi grâce à la confirmation, vous verrez que cela devient de plus en plus facile. Mais vous êtes dans l'astral regardant la ville de New York du haut des airs. La nuit est déjà plus profonde. Les policiers font leur ronde dans leurs voitures de patrouille. La ville est plus calme, bien que New York, en fait, ne le soit jamais. Vous éprouvez bientôt une sensation de malaise, l'impression qu'on vous attend quelque part. Vous constatez bientôt un picotement venant le long de la Corde d'Argent. Si vous êtes sage et expérimenté, vous vous dirigerez immédiatement vers votre point de départ qui dans ce cas, vous vous en souvenez, est Dublin. Si vous manquez d'expérience, vous vous sentirez halé sans cérémonie comme un poisson par un pêcheur impatient.

     

    Image associée

     

    Comme, étant l'un des plus sages, vous choisissez de rentrer, vous remontez de nouveau tout droit dans le ciel de sorte qu'en regardant en bas vous pouvez voir l'obscurité se faire de plus en plus sombre sur les États-Unis et la lumière commencer à éclairer l'Europe. Vous constatez qu'au-dessus de Dublin les premières lueurs de l'aube naissent à l'horizon et ainsi vous vous laissez descendre. Vous voyez approcher le toit de votre maison et, les premières fois, vous vous préparez instinctivement à un atterrissage brutal, mais — il n'en est rien. Vous traversez votre toit sans même vous en apercevoir et vous vous retrouvez de nouveau dans votre chambre à coucher, flottant à quelques pieds au-dessus de votre corps physique endormi. Vous le contemplez de haut et vous frissonnez une fois de plus à l'idée que vous allez perdre cette liberté de vous déplacer à la vitesse de la pensée. Cependant, la nature a son mot à dire et vous vous apercevez que vous vous posez, posez, posez. Sous peu, vous êtes presque en contact avec votre corps qui semble miroiter et vibrer lentement, et alors vous prenez conscience que vous vibrez beaucoup plus rapidement. Vous avez la tâche de synchroniser vos vibrations avec celles du corps physique, mais c'est en grande partie une affaire automatique, et puis vous constatez que vous vous enfoncez dans votre corps, vous sentant comme enserré dans un vêtement froid, humide et rigide. C'est une sensation absolument désagréable à cause de l'impression d'étouffement et de serrement, ce qui vous fera frissonner et vous entraînera à vous demander pourquoi diable les gens doivent avoir un corps. La réponse vous viendra alors à l'esprit — eh bien, évidemment, vous devez vivre sur la Terre !

     

     

    Vous continuez toujours de garder en tête la pensée que vous devez tout vous rappeler, vous devez tout vous rappeler, et vous abaissez un peu plus votre astral pour qu'il s'ajuste exactement dans ce corps froid et moite qui est le vôtre. En s'ajustant exactement, il y aura un soudain "craquement" et une secousse, avec l'impression que vous vous enfoncez dans de la poussière noire, laineuse. Vous pouvez dormir pendant quelques instants, auquel cas vous allez vite prendre conscience qu'il fait jour et vous ouvrirez les yeux en les frottant, tout en bâillant, peut-être. La connaissance de tout ce que vous avez fait pendant la nuit est très clair dans votre esprit. C'est le temps maintenant de noter tout ce que vous avez fait — notez immédiatement en utilisant papier et crayon que vous aurez placés à votre chevet à cet effet. Ne jouez pas à "l'intelligent" en estimant que vous pouvez tout vous rappeler parce que vous ne le pourrez pas — pas pour les tout premiers voyages, en tout cas. Vous allez bel et bien tout oublier si vous ne prenez pas la précaution élémentaire de tout mettre par écrit avant que la nouvelle journée ne vous fasse oublier. Donc, écrivez et relisez-vous ; faites-le pour votre première demi-douzaine de voyages astraux dans le monde entier.

     

     

    Jusqu'à présent tout ceci a concerné le voyage astral sur le plan terrestre, c'est-à-dire que nous nous sommes affairés autour du monde, visitant les grandes bibliothèques, les grandes galeries d'art, et les grandes villes du monde. Eh bien, il se peut que vous vouliez visiter le monde astral au-delà de ceci, ce que les anciens scribes ont appelé "Purgatoire" et "Paradis". En ce cas, rappelez-vous que c'est assez facile, rappelez-vous que les anciens textes sacrés hindous donnent de très vives descriptions d'hommes voyageant jusqu'à la Lune, le Soleil, et les étoiles, car quand vous êtes dans l'astral la différence de températures et l'absence d'une atmosphère respirable ne font aucune différence pour vous, ne vous gênent pas du tout. Malheureusement, de nos jours les gens se limitent à jouer avec les fusées et autres balivernes du même genre, oubliant qu'il y a 10 000 ans les Hindous étaient capables de voyager dans l'espace par projection astrale. Ce n'est pas de la fiction, c'est un fait, et si vous pouvez trouver quelqu'un pour vous traduire les textes sacrés hindous, vous constaterez facilement cela par vous-même.

     

    Résultat de recherche d'images pour "decorporation"

     

    En faisant le voyage astral quotidiennement, ou chaque nuit, allez vous rendre compte que vous êtes de plus en plus en mesure de faire fonctionner votre esprit dans les plans supérieurs, et ainsi vous ne serez pas limité par des frontières physiques. Si vous avez envie de rendre visite à des amis qui se trouvent dans l'astral, c'est-à-dire dans le cas d'amis hautement évolués, eh bien, dites-vous ce que vous allez faire et quand vous allez au lit, décidez résolument que vous allez quitter ce monde et monter de plus en plus haut dans l'astral ; représentez-vous vous élevant au-delà de la Terre, entrant dans l'espace et dans une tout autre dimension. Tout d'abord vous sortirez de votre corps, au bout de votre Corde d'Argent, et vous constaterez alors que toutes vos valeurs de couleur auront changé. Vous aurez conscience de couleurs que vous ignoriez totalement. Vous verrez que le feuillage a de nombreuses nuances différentes, plus de couleurs que vous n'auriez pu imaginer. Mais alors, il se peut que vous soyez horrifié de voir qu'il y a des créatures tout à fait inimaginables qui vous débitent des absurdités, faisant des gestes obscènes, faisant des invitations obscènes. Mais ne soyez pas découragé, n'ayez pas peur parce qu'ici vous passez à travers le rebut des esprits élémentaires, etc., tout comme dans la plupart des cas en entrant dans une grande ville par train, pour quelque raison inexplicable, on voit tout d'abord l'arrière d'un bidonville. Il n'y a rien à craindre, aucun esprit élémentaire ou entité ne peut vous faire le moindre mal à condition que vous n'ayez pas peur. Si vous avez peur, alors vous attirez plus ou moins ces créatures. Ainsi, la meilleure chose à faire est de continuer et de parfaitement réaliser qu'absolument personne ne peut vous faire de mal si vous n'avez pas peur. Décidez que vous n'allez pas vous attarder dans cette région des esprits élémentaires, mais montez — toujours plus haut — jusqu'au Pays de la Lumière Dorée.

     

     

    Là, vous verrez des choses d'une telle beauté qu'il est tout à fait impossible de les décrire avec des mots liés à un monde à trois dimensions. Vos expériences au Pays de la Lumière Dorée doivent être vécues en personne, non pas au moyen du mot imprimé ou exprimé. Votre compétence augmentant à force de pratique, vous allez pouvoir vous rendre sur d'autres mondes et sur d'autres plans d'existence, mais souvenez-vous que vous ne pouvez pas vous immiscer dans la vie privée d'un autre, vous ne pouvez pas nuire à d'autres au moyen du voyage astral parce que c'est le crime des crimes. Voici une pensée heureuse pour vous dans le Pays de la Lumière Dorée, vous ne pouvez rencontrer que ceux avec qui vous êtes compatible, c'est là en fait que vous pouvez rencontrer votre "âme jumelle", car ces choses-là existent comme nous le verrons dans notre prochain chapitre.